Cet article traite de la position d'Ypres dans les réseaux urbains du XVIIIe siècle. Cette pôsition a été déterminée principalement par deux facteurs. Le premier facteur a été le Traité d'Utrecht (1713) qui fait passer Ypres et ses environs (la Flandre rétrocédée)de la France aux Pays-Bas méridionaux ou habsbourgeois. Cela n'a pas seulement eu des implications institutionelles, mais aussi un impact majeur sur les relations commerciales et internationales de la ville d'Ypres. Un second facteur important a été la politique de transit. Cette politique commerciale a été mise en oeuvre dans les Pays-Bas autrichiens en 1750 et se traduisait principalement par l'expansion continue des voies de communications. Au cours du XVIIIe siècle, Ypres se détourna progressivement de la côte (réseau urbain maritime) et commença à s'orienter sur la vallée de la Lys (réseau urbain scaldien). Le cadre théorique de cet article est fourni par la théorie des réseaux urbains de Paul Hohenberg et de Lynn Hollen Lees, tandis que le cadre méthodologique provient des méthodes géopolitiques de François Thual. De plus, un grand nombre de sources historiques nouvelles ont été utilisées, qui proviennent principalement des archives de la ville d'Ypres.
Original languageFrench
Title of host publicationGuerre, frontière, barrière et paix en Flandre
Subtitle of host publicationÉtudes transfrontalières à l'occasion du tricentenaire des paix d'Utrecht et de Rastatt
EditorsRik Opsommer, Olivier Ryckebusch
Place of PublicationIeper
PublisherStadsarchief Ieper
Pages187-231
Number of pages45
ISBN (Print)978-90-822299-1-2
Publication statusPublished - 28 Nov 2014

    Research areas

  • Ypres, Flanders, Transit policy, Geopolitics, Utrecht Treaty, Urban network, Dunkirk

ID: 2504035