DOI

Au début des années 1930 au Congo
belge, l’administration diligente une
série d’enquêtes ethnographiques visant
à connaître, pour mieux les contrôler, les
Congolais. Benoît Henriet relate la façon
dont ces derniers usent cependant de
l’ignorance des fonctionnaires belges pour
contourner les ambitions hégémoniques de
l’État colonial. Au Congo comme dans le
reste de l’Afrique subsaharienne, loin d’être
vertical, le pouvoir circule entre l’ensemble
des acteurs qui donnent corps à la société
coloniale.
Translated title of the contributionAnxious ethnographers: Everyday forms of power in the Belgian Congo, 1930-1940
Original languageFrench
Pages (from-to)41-54
Number of pages14
JournalVingtième Siècle
Volume140
Issue number4
DOIs
Publication statusPublished - 1 Oct 2018

ID: 40401491